*article; LE VRAI VISAGE DE CE MONDE*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

*article; LE VRAI VISAGE DE CE MONDE*

Message par Invité le Mar 15 Juin - 14:25

Pensez a une femme qui a dépassé l'âge de soixante-dix ans. Vous êtes-vous jamais demandés quel regard une personne de son âge pouvait porter sur son propre vécu?

Si elle devait faire une seule remarque sur l'ensemble de son passé, ce serait certainement que sa vie lui semble avoir été très "fugace".

Elle ne pourra que constater que sa vie n'a pas duré aussi longtemps que ce que ses rêves d'adolescente lui faisaient entrevoir, et très probablement il ne lui est pas une seule fois venu à l'esprit qu'un jour elle atteindrait son âge actuel. Cependant, elle se trouve désormais abasourdie en réalisant qu'elle a soixante-dix ans derrière elle. Dans ses jeunes années, elle n'a sans doute jamais pensé que ses désirs d'alors s'en iraient aussi vite.

Si on lui demandait de raconter ce qu'elle a vécu, cela ne lui prendrait probablement pas plus de quelques heures pour énumérer ses souvenirs. Et c'est tout ce qui subsisterait de ce qu'elle appellerait "une longue vie de soixante-dix ans".

L'esprit d'un être humain, usé avec l'âge, est préoccupé par maintes choses; en effet des questions importantes se posent, et seules des réponses authentiques permettent de comprendre tous les aspects de la vie: "A quoi sert cette vie qui passe si rapidement? Pourquoi dois-je rester serein face aux problèmes qui m'affectent et qui sont liés à l'âge? Que pourra m'apporter l'avenir?"

Les réponses possibles à ces questions peuvent être regroupées en deux grandes catégories: celles fournies par les gens qui s'en remettent à Dieu Tout-Puissant, et celles fournies par les incroyants qui se détournent de Lui.

Quelqu'un qui ne croit pas en Dieu dira: "J'ai couru toute ma vie durant, à la poursuite de vains objectifs. J'ai désormais soixante-dix années derrière moi mais, à vrai dire, je ne parviens toujours pas à comprendre dans quel but j'ai vécu. Lorsque j'étais enfant, mes parents constituaient le centre de mon existence. Leur amour pour moi me remplissait de bonheur et de joie. Plus tard, en tant que jeune femme, je me suis consacrée à mon mari et à mes enfants, en me fixant alors de nombreux objectifs. Toutefois dès que l'un d'eux était réalisé, il s'avérait qu'il ne s'agissait que d'un désir évanescent. Après un succès je me fixais de nouveaux buts, et le temps a ainsi passé sans que je ne me sois jamais préoccupée du vrai sens de cette vie-ci. Maintenant à soixante-dix ans, dans la tranquillité de l'âge, je m'efforce de découvrir quel a bien pu être le sens de tout ce passé; ai-je donc vécu pour des gens dont je n'ai aujourd'hui que de vagues souvenirs? Pour mes parents? Pour mon mari que j'ai perdu il y a plusieurs années? Ou pour mes enfants, que je ne vois plus que rarement, occupés qu'ils sont avec leur propre famille? Je ressens une grande confusion en réfléchissant à tout cela. La seule chose de sûr, c'est que je suis à ce jour proche de la mort. Bientôt je vais disparaître pour n'être plus ensuite qu'un faible souvenir dans l'esprit de mes proches. Que va-t-il se passer ensuite? Vraiment je n'en ai aucune idée. Rien que le fait d'y penser m'effraye."

Il y a sûrement une raison pour laquelle cette personne s'enfonce dans un tel désespoir. Cela provient simplement du fait qu'elle n'a pas compris que l'Univers et tous les êtres vivants, en particulier les êtres humains, remplissent des rôles bien spécifiques dans cette vie, et ce du fait qu'ils ont été créés. Quelqu'un d'intelligent ne pourra que remarquer que chaque aspect de l'Univers qui nous entoure ne fait que refléter une conception précise et une sagesse certaine. Ceci doit logiquement amener celui qui médite à reconnaître le Créateur, avant de conclure que toutes les créatures servent nécessairement des objectifs bien définis puisqu'elles ne sont en rien le fruit du hasard. Dans le Coran, qui est l'ultime guide révélé et préservé pour guider l'humanité, Dieu nous rappelle maintes fois quel est le but de notre vie, que nous avons tendance à oublier, et Il nous exhorte ainsi à opérer un sursaut dans notre conscience:

Et c'est Lui qui a créé les cieux et la terre en six jours, alors que Son Trône était sur l'eau, afin d'éprouver lequel de vous agirait le mieux… (Surat Hud: 7)

Ce verset explicite la compréhension du sens de la vie pour les croyants. Ces derniers savent que cette vie n'est qu'une mise à l'épreuve permanente de la part de leur Créateur. Par conséquent, ils espèrent réussir ces tests et mériter le Paradis et la satisfaction de Dieu.

Cependant, par souci de clarification, il y a un point important à considérer: ceux qui croient en l'existence de Dieu n'ont pas une foi authentique s'ils ne placent pas leur confiance en Dieu. De nos jours, beaucoup de gens acceptent le fait que l'Univers est la création de Dieu, pourtant, ils ne saisissent pas l'impact que cette reconnaissance représente sur leur vie. Par conséquent, ils ne conduisent pas leur vie comme ils devraient le faire. Ce que la plupart de ces gens-là considèrent généralement comme étant la vérité, c'est que Dieu a initialement créé l'Univers mais qu'ensuite Il l'a laissé évoluer par lui-même.

Dieu, dans le Coran, évoque cette erreur de compréhension:

Si tu leur demandes: "Qui a créé les cieux et la terre?", ils diront certes: "Allah!" Dis: "Louange à Allah!" Mais la plupart d'entre eux ne savent pas. (Surat Luqman: 25)

Et si tu leur demandes qui les a créés, ils diront très certainement: "Allah". Comment se fait-il donc qu'ils se détournent? (Surat az-Zukhruf: 87)

A cause de cette bévue, nombreux sont ceux qui ne témoignent pas dans leur vie quotidienne qu'ils ont un Créateur. C'est à cause de cela que chaque individu prétend pouvoir développer ses propres principes et valeurs morales, forgés au sein d'une culture, d'une communauté et d'une famille particulières. Le respect de ces principes sert ensuite de ligne de conduite jusqu'à ce que vienne la mort. Les gens qui adhèrent à des valeurs personnelles vivent dans un confort intellectuel consistant à croire que toute mauvaise action ne sera punie que temporairement en Enfer. Par le même raisonnement, il s'ensuit la croyance selon laquelle une vie éternelle au Paradis ne pourra que succéder à cette période de tourments. Une telle mentalité libère involontairement de la crainte d'un châtiment sérieux à l'issue de cette vie-ci. Par ailleurs, certains n'envisagent même pas l'existence d'un Au-delà et, dans leur inconscience, ils essaient de "tirer le maximum de cette vie".

La façon de penser qui vient d'être exposée correspond à une profonde erreur, et ceux qui prétendent ne pas être conscients de l'existence de Dieu tomberont dans un grand désespoir. Le Coran caractérise ainsi ces gens:

Ils connaissent un aspect de la vie présente, tandis qu'ils sont inattentifs à l'Au-delà. (Surat ar-Rum: 7)

En fait ils ne parviennent même pas à réaliser que la vie en ce monde-ci n'est pas perpétuelle.

Certaines paroles reviennent pourtant sans arrêt dans les conversations, concernant la courte durée de l'existence: "Profitez au mieux de votre vie tant que vous en avez la possibilité", "La vie est si courte", "On ne vit pas éternellement"; ces paroles traduisent le caractère fuyant de cette existence, mais elles dénotent un attachement profond à l'égard de ce monde plutôt qu'une préoccupation relative à la vie future. Elles reflètent l'attitude quasi-générale vis-à-vis de la vie et de la mort. Face à un tel attachement à la première vie, les discussions sur la mort se trouvent vite interrompues par des plaisanteries ou par des interventions du style: "Et si nous parlions d'autre chose?!", afin d'atténuer l'importance du sujet et de le rendre plutôt insignifiant.

Notre caractère mortel constitue pourtant un sujet lourd, auquel la plupart des gens ne pensent qu'au dernier moment, quand ils se trouvent "au pied du mur". Ils sont alors amenés à reconsidérer leur vie et leurs espoirs, s'ils comprennent enfin l'ampleur de la question. Tant qu'on n'est pas mourant, il n'est jamais trop tard pour se repentir à Dieu et réorienter tous ses actes et la conduite de sa vie en soumission à la volonté de Dieu. Cette vie est passagère, tandis que l'âme humaine est éternelle. Durant ce petit laps de temps, il ne faudrait pas permettre aux passions de nous dominer. L'être humain doit s'efforcer de résister aux tentations et à tout ce qui risque de l'attacher excessivement à cette terre. Il est sûrement déraisonnable de sacrifier le monde à venir sur l'autel des désirs insatiables d'ici-bas.

Rien dans ce monde n'est appelé à durer. Le temps travaille en effet contre tout ce qui est beau et neuf; ainsi, les nouveaux modèles de voitures sont-ils à peine sortis que bientôt ils se trouvent démodés et remplacés par d'autres, dans un cycle implacable. De façon semblable, les belles demeures ne tardent pas à prendre du vieux au profit de maisons mieux équipées et plus spacieuses. Le désir du neuf et du beau se trouve donc sans cesse exacerbé.

Tout au long de l'histoire les gens n'ont jamais cessé de se trouver pris au piège de cette soif du neuf et de la dépréciation de l'ancien, combinées à la folle illusion de voir le neuf demeurer tel quel encore et encore. Cependant, quelqu'un d'intelligent s'arrêtera dans cette course et se posera la question suivante: pourquoi poursuivre des objectifs si éphémères sans jamais parvenir à en tirer un réel bénéfice? Finalement il en arrivera à la conclusion que voici: "Cette manière de voir est vraiment stupéfiante." Et pourtant, certains gens sont incapables de produire un tel raisonnement, continuant de chercher à concrétiser des rêves fumeux.

Personne, en vérité, ne peut savoir ce qui va se produire dans quelques heures; à tout moment un accident peut survenir, occasionnant des blessures sévères et même un handicap. De plus le temps passe à la façon d'un compte à rebours nous rapprochant de notre mort. Chaque jour qui s'achève nous amène un peu plus vers notre terme fixé. La mort éradique sûrement toute ambition, tout caprice, tout désir concernant ce monde-ci. Dans la tombe, ni les biens ni le statut social ne sont d'aucune utilité. Toute possession dont nous nous montrions avares s'évanouit brutalement et se trouve dispersée entre d'autres mains. Et un simple linceul recouvre le riche comme le pauvre, le beau comme le laid.

Nous pensons que Le vrai visage de ce monde offre une explication concernant la véritable nature de la vie humaine. Cette vie nous semble fascinante et pleine de promesses, mais il en est en fait tout autrement. Ce livre vous permettra de percevoir tous les aspects de votre existence, et il vous aidera à redéfinir vos objectifs, si du moins vous le souhaitez.


Dieu commande aux croyants d'avertir les autres sur tout ceci, et Il les exhorte seulement à se conformer à Sa volonté, ainsi qu'Il le rappelle dans le verset suivant:

… La promesse d'Allah est véridique. Que la vie présente ne vous trompe donc pas… (Surat Luqman: 33)

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: *article; LE VRAI VISAGE DE CE MONDE*

Message par sté le Lun 27 Sep - 11:22

magnifique Very Happy
avatar
sté

Féminin
Nombre de messages : 11
Age : 35
Localisation : VAR
Date d'inscription : 06/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum