Hadiths Qudsî de 100 à 110

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hadiths Qudsî de 100 à 110

Message par titijennifer le Mar 27 Mar - 21:47

101. Abdoullah ibn Amr ibn As - رضي الله عنه - rapporta que le messager d’Allah - صلى الله عليه و سلم - dit :
Allah choisira un homme devant ses créatures le jour de la Résurrection et lui bouvrira 99 registres,
chaque registre est aussi vaste que l’étendue de la vue

et il lui dira : Renies-tu quelque chose de cela ? Mes enregistreurs gardiens étaient-ils injustes envers toi ?
Il dira : Non, O mon Seigneur !
Il lui dira : As-tu une excuse ?
Il dira : Non, O mon Seigneur.

Allah dira : Tu as auprès de Nous un bienfait et point d’injustice sur toi aujourd’hui.
Et un papier sur lequel est écrit :
Il n’y a point de divinité en dehors d’Allah et Mohammed est le messager d’Allah » surgira parmi ces registres
et Allah lui dira : Tu ne seras point victime d’injustice.
On placera les registres de la plume dans la balance et le papier dans l’autre et les registres s’éparpilleront alors que le papier s’alourdira
et rien n’est lourd contre la Nom d’Allah »
[Thirmidi,Ibn majah ,Mousnad Ahmed]


102. Ibn Al abbas - رضي الله عنه - dit :
lorsque ce verset

{Que vous manifestiez ce qui est en vous ou que vous le cachiez, Allah vous en demandera compte}

fut révélé, quelque chagrin fut pénétré dans le cœur des compagnons ce qui n’était pas le cas avant,
le prophète - صلى الله عليه و سلم - dit :
« dites Nous avons entendu, obéi et nous sommes soumis »
Allah envoya la foi dans leur cœur par Ses propos
{Allah n’impose à aucune âme une charge supérieure à ses capacités.
Elle sera récompensée du bien qu’elle aura fait, et punie du mal qu’elle aura fait,
Seigneur ! Ne nous châtie pas s’il nous arrive d’oublier ou de commettre une erreur}

Allah dit : j’ai fait.
{Seigneur !Ne nous charge pas d’un fardeau lourd comme tu as chargé ceux qui vécurent avant nous }

Allah dit : J’ai fait .
{Pardonne nous et fais nous miséricorde, Tu es notre maître}

Allah dit : J’ai fait.
[Mouslim et sounan thirmidi]


103. Abou hourayra - رضي الله عنه - dit :
lorsque fut révélé sur le messager d’Allah

{C’est à Allah qu’appartient tout ce qui est dans les cieux et sur la terre.
Que vous manifestiez ce qui est en vous ou que vous le cachiez,
Allah vous en demandera comptes.
Puis Il pardonnera à qui Il veut, et châtiera qui Il veut, Et Allah est omnipotent}

cela provoqua du chagrin dans le cœur des compagnons du messager d’Allah qui se rendirent chez lui, s’agenouillèrent en disant :
’Ô messager d’Allah ! nous étions commandés d’œuvrer selon notre capacité, à savoir la prière, le jeûne, le combat, la charité,
et tu viens de recevoir ce verset qui est hors de notre capacité.

Le messager d’Allah dit : est ce que vous voulez dire comme dirent les gens du Livre avant vous :
Nous avons entendu et désobéi ?
plutôt dites : Nous avons entendu et obéi, nous implorons ton pardon, Ô notre Seigneur !et à Toi notre retour »
Ils dirent : nous avons entendu et obéi, nous implorons Ton pardon, Ô notre seigneur !et à toi nous retournerons.
Lorsqu’ils dirent cela et leurs langues furent humiliées par ces propos,
Allah fit descendre tout de suite :

{le messager a cru en ce qu’on fait descendre cers lui venant de son Seigneur, et aussi les croyants :
tous ont cru en Allah, Ses anges, en ses livres e en Ses messagers ;(en disant) :
‘nous avons entendu et obéi, Seigneur nous implorons ton pardon.
C’est à toi que sera le retour}
lorsqu’ils dirent cela, Allah l’abrogea par ses propos :

{Allah n’impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité.
Elle sera récompensée du bien qu’elle aura fait, punie du mal qu’elle aura fait,
Seigneur ne nous châtie pas s’il nous arrive d’oublier ou de commettre une erreur}

et Allah dit : Oui {Seigneur ,Ne nous impose pas ce que nous ne pouvons supporter}
et Allah dit : Oui {Efface nos fautes, Pardonne nous et fais nous miséricorde, tu es notre maître,
accorde nous donc la victoire sur les peuples infidèles}
et Allah dit : oui.
[Mouslim]


104. Aicha radia Allahou 'anha rapporta que le messager d’Allah - صلى الله عليه و سلم - dit :
Il n’y a point de jour meilleur que Arafah pour qu’Allah sauve les gens en abondance,
Il s’approche et rivalise ses fidèles aux anges et dit : Que veulent ceux-ci ?
[Mouslim]


105. Jabir - رضي الله عنه - rapporta que le messager d’Allah - صلى الله عليه و سلم - dit :
il n’y a pas de jour meilleurs que les 10 jours du mois de Dhull hijjah.
Un homme dit : Ô messager d’Allah, sont ils meilleurs que 10 jours en jihad pour la Cause d’Allah ?
Il dit : ils sont meilleurs que 10 jours en jihad pour la Cause d’Allah,
et il n’y a point de jour mieux auprès d’Allah que le jour de Arafah où Allah descend au ciel le plus bas
et rivalise les habitants de la terre à ceux du ciel en disant :
Regardez mes fidèles qui sont couverts de poussière et ayant les chevelures ébouriffées en pèlerinage venant de toute profonde direction espérant Ma miséricorde sans voir Mon châtiment
et on ne verra point de jour dans lequel Allah sauve les gens de l’enfer en abondance plus que le jour de Arafah.
[Zawaid ibn majjah]


106. Abou Hourayra - رضي الله عنه - rapporta que le messager d’Allah - صلى الله عليه و سلم - dit :
Tout acte des fils d’Adam leur appartient sauf le syiam (le jeûne), il M’appartient, et j’en récompense celui qui l’observe.
Certes, le jeûne est un bouclier, que celui qui jeûne n’ait pas de rapports sexuels,
ni soit grossier et si quelqu’un l’insulte ou le combat, qu’il dise : Je jeûne.
Par celui qui détient mon âme dans Sa main, l’odeur de la bouche de celui qui jeûne est plus parfumée auprès d’Allah que l’odeur du musc.
En effet, celui qui l’observe a deux jouissances : Il se réjouit quand il rompt le jeûne, et il se réjouira quand il rencontrera son Seigneur. »
[Boukhari et Mouslim]


107. Abou Hourayra - رضي الله عنه - rapporta que le messager d’Allah - صلى الله عليه و سلم - dit :
quand Allah créa Adam et y souffla l’âme, Adam éternua et dis Louange à Allah, il loua Allah par la permission d’Allah,
Allah lui dit : Qu’Allah Soit clément envers toi, Ô Adam ! Rends-toi à ce groupe là qui sont assis parmi les anges et salue les,
il leur dit : Asalamo alaykoum (que le salut soit sur vous).
Ils répondirent : Et que le salut et la Miséricorde d’Allah soit sur toi.
Ensuite, il retourna auprès de Son Seigneur qui lui dit : Celle-ci est ta salutation et celle de ta descendance après toi.
Allah, dit, choisis laquelle tu veux. Il dit : Je choisis la main droite de mon Seigneur et toutes les deux mains de mon Seigneur sont droites bénies,
puis Il l’étendit et voila dedans Adam et sa progéniture.

Adam dit : Ô mon Seigneur !qui sont ceux-ci ?
IL lui dit : ceux-ci sont ta progéniture, sur le front de chaque personne est écrit son âge,
parmi eux des gens qui sont plus clairs sur lesquels il n’est écrit que quarante ans d’Age.
Allah dit : c’est ce que j’ai décrit.

Il dit : je lui ai fait de mon âge soixante ans.
Il dit : Habite toi dans le Paradis et il habita dans le paradis pour une certaine durée puis il fut descendu sur la terre et Adam se préparait
et l’ange de la mort vint à lui Adam lui dit : Tu as dépêché, Il me fut écrit mille ans.

IL dit : Oui, il lui dit ; tu as donné à ton fils Daoud Soixante ans.
IL a renié et sa progéniture renia et oublia et dès ce jour là il fut ordonné de manifester l’écriture des témoins »
[Ibn Abi ASim, Ibn Hibban dans zawaîd et Alhakim dans AL moustadrak]


108. Abou hourayra - رضي الله عنه - rapporta que le messager - صلى الله عليه و سلم - :
L’ange de la mort vint à Moïse et lui dit : réponds ton Seigneur et Moïse gifla l’œil de l’ange de la mort et l’éteigne.
L’ange retourna auprès d’Allah et dit : tu m’as envoyé à un serviteur qui refuse la mort et éteigne mon œil.
Allah lui remit son œil et dit : retourne à mon fidèle et dis lui : préfères-tu la vie ?
Si tu préfères la vie, pose ta main sur un taureau et au nombre de poils que touche ta main tu vivras d’années.
Moïse dit : et après cela ? IL lui dit : Après cela tu mourras.
Il dit je préfère mourir maintenant près de la terre sacrée de la mesure d’un jet de caillou.
[Mouslim]


109. Abou Hourayra - رضي الله عنه - rapporta que le prophète - صلى الله عليه و سلم - dit :
Pendant que le prophète Ayyoub (Job) se lavait nu, un sac d’or tomba sur lui.
Il se mit à ramasser les pièces d’or dans son vêtement.
Son Seigneur l’interpella :
Ô Ayyoub ! ne t’ai-je pas mis au large (enrichi) de sorte que tu puisses te passer de ce que tu vois ?
Ayyoub dit : Certes, par Ta puissance ! mais je ne peux pas me passer de ta bénédiction.
[Boukhari]


110. Obay ibn ka’b - رضي الله عنه - dit :
deux hommes se rivalisèrent de leurs ancêtres au temps du messager d’Allah - صلى الله عليه و سلم - ,

l’un d’eux dit : Je suis tel fils de tel, qui es-tu alors que tu n’as pas une mère ?

Le messager d’Allah dit : Deux hommes se rivalisèrent au temps de Moîse,
l’un d’eux dit : je suis untel fils de tel, et compta jusqu’à neuf de ses grands pères,
qui-es tu alors que tu n’as pas une mère ?


L’autre répondit : Je suis tel fils de tel fils de l’islam.

Alors Allah révéla à Moîse,
Dis : Ô toi qui appartient à neuf ancêtres qui sont dans l’enfer tu es le dixième.

Quant à toi qui appartient à deux ancêtres qui sont dans le paradis tu es le troisième.
[Mousnad Ahmed]

titijennifer

Féminin
Nombre de messages : 34
Age : 31
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 29/10/2011

http://www.al-sahih.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum