* La patience face à la maladie *

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

* La patience face à la maladie *

Message par Invité le Mer 30 Juin - 13:12

La patience face à la maladie

Il est tout à fait normal
de considérer le changement de comportement des gens selon certaines
circonstances dans les sociétés où se caractérise le manque de moralité
coranique. Ils présenteront alors un bon comportement lorsqu’ils auront
comblé naturellement tous leurs besoins spirituels et physiques. Afin
d’en assurer leur propre confort. Cependant, face à un problème qui peut
mettre en péril leur confort, ils se métamorphosent complètement à
l’idée de supporter une affliction temporaire dénués de patience. Cela
devient très clair en cas de maladie.

La manière dont agissent
les gens en périodes de maladie, de faim, d’épuisement ou enfin,
d’événements similaires démontrerait si ces derniers possèdent ou non
une moralité saine. Les moments difficiles sont des circonstances très
rares pour éprouver le croyant dans sa foi et sa dévotion, en plus de sa
confiance en notre Seigneur. Allah le Très Haut cite que, parmi les
conditions réunies pour une bonne moralité et une véritable bonté, il
faut avoir un bon comportement, tout en étant patient dans les moments
d’ennuis et de maladies (Sourate al-Baqara, 177).


verset 177/ sourate 2


"L'obéissance à
Dieu et la bienfaisance ne consistent pas à s'orienter en direction de
l'Est ou de l'Ouest mais ce sont le fait de
celui qui a cru à Dieu,
au Jour Dernier, aux Anges, au Livre et aux Prophètes; qui a donné
l'argent, malgré son amour pour lui, aux proches, aux orphelins, aux
miséreux, à l'étranger de passage, aux mendiants et pour affranchir les
esclaves ou racheter les prisonniers,
qui a accompli correctement la
prière et qui a donné l'aumône légale;
ce sont le fait de ceux qui
tiennent leurs engagements lorsqu'ils s'engagent et qui se montrent
patients dans la maladie, le malheur et au plus fort du combat.
Ce
sont ceux-là qui ont été sincères et ceux là sont les gens pieux"


Face à un tel problème comme la maladie, celle-ci
permet aux croyants de se comporter avec persévérance et patience,
doublés d’un attachement profond et une confiance irrévocable à l’égard
d’Allah. Le Prophète Ibrahim (psl) exprima cette vérité en disant :

"Et
quand je suis malade, c’est Lui Qui me guérit." (Sourate ash-Shu'ara',
80)


Tout comme le Prophète Ibrahim (psl), les croyants savent
qu’Allah a créé la maladie et la guérison. De ce fait, lorsque la
maladie les atteint, ils ne sont pas saisis de désespoir. Bien au
contraire, ils sont reconnaissants pour ces années durant lesquelles
leur Seigneur leur a permis de vivre en bonne santé. Concevant qu’une
vie saine signifie un cadeau divin parmi tant d’autres, ils persévèrent
dans leur comportement avec une reconnaissance même dans la maladie.

Ils
restent profondément reconnaissants et patients en cas d’accident et de
blessure. Ils espèrent qu’après leur entrée au paradis, Allah les
recréera sous une belle forme. Aucune comparaison avec celle qu’ils
avaient dans ce bas monde. Une récompense espérée, pour leur ferme
patience face à la confrontation de diverses difficultés. C’est pour
cette raison qu’ils ne négligent pas leur souffrance dans ce bas monde.
Assurément, Allah leur accordera une grande récompense dans l’au-delà.

Les
gens qui n’ont pas la foi, à cause de leur attachement pour ce monde,
ne peuvent se montrer patients face à des évènements semblables,
sombrant ainsi dans un grand désespoir. Par exemple, les personnes dont
les membres du corps sont estropiés, expriment souvent le désir de
mourir plutôt que de vivre dans un tel état. Certaines essayent même de
se suicider. Elles pensent n’avoir que cette vie sur terre et le fait de
vivre avec ces défauts et ces insuffisances ne leur donne aucun sens à
la vie. Même si elles ne cherchent pas à se suicider, elles développent
en elles une personnalité très désagréable, ce qui engendre des
problèmes autour d’elles. Qu’elles l’acceptent ou non, il est impossible
d’éviter une telle situation. Si elles placent toute leur confiance en
Allah, elles pourront espérer de vivre au paradis avec un tout autre
corps, qui de plus sera parfait, sans défaut et immortel. A l’inverse si
elles ne placent pas leur confiance en Allah, leur vie ici-bas et dans
l’au-delà seront démolies, car leur ignorance les fera se rebeller
contre Allah et elles seront ainsi "récompensées" par l’enfer.

Les
gens qui vivent selon la morale coranique adoptent un comportement
totalement différent. Lorsqu’ils sont blessés, leur comportement ne
change pas. Ils savent pertinemment qu’ils sont éprouvés et que le
résultat final sera positif. Seule la patience permet d’avoir
l’approbation d’Allah. Même s’ils ne peuvent plus faire un effort
physique pour atteindre des objectifs, ils tenteront de développer des
idées dont pourront bénéficier les gens, tout en se rappelant l’au-delà.

Par
contre, ceux qui se détournent d’Allah, lorsqu’ils sont malades ou
blessés n’ont pas conscience de leur grande erreur. Seul Allah peut les
guérir ou mettre fin à leur maladie. Les médecins, les médicaments ainsi
que les traitements ne peuvent être fournis qu’avec la permission
d’Allah. En comprenant cela, les croyants affrontent la maladie avec
patience en demandant de manière constante une guérison. Ils utilisent
au mieux la médecine, les médicaments et les traitements en se rappelant
toujours qu’ils seront avantageux si Allah le permet et par Sa volonté.

Le
Saint Coran fait l’éloge de la moralité du Prophète Job (psl), qui a
toujours cherché refuge en Allah lorsqu’il était maladie :

Nous
trouvâmes en lui la patience dans l’épreuve. Quel bon serviteur !
Toujours enclin au repentir. (Sourate Sad, 44)



Sa
patience et sa dévotion à Allah sont décrites, comme suit :


Et Job, quand il implora son Seigneur : “Le mal m'a touché. Mais Toi,
Tu es le plus miséricordieux des miséricordieux” ! Nous l'exauçâmes,
enlevâmes le mal qu'il avait, lui rendîmes les siens et autant qu'eux
avec eux, par miséricorde de Notre part et en tant que rappel aux
adorateurs. (Sourate al-Anbiya', 83-84)


La moralité
supérieure exposée par le Prophète Job (psl) lorsqu’il a été confronté à
cette situation doit être comprise dans sa prière sincère à Allah.
Quand il avait des ennuis, il se tourna vers Allah avec fermeté et
patience. Tout en sachant qu’il n’est capable de rien et que tout dépend
d’Allah. Allah aide les patients. Comme nous pouvons le voir dans
plusieurs cas, Allah aide ceux qui sont patients. Allah dit dans un
verset ce qui suit à propos de cette assistance :

Soyez
patients. Allah est avec ceux qui font preuve de patience. (Sourate
al-Anfal, 46)


harunyahya.com/

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum